Spring cleaning,Fast fashion, the girl puts things in order in the closet. A bunch of colorful clothes. The concept of processing, second hand, eco, minimalism, consumption of goods

Des collections confectionnées à un rythme effréné

Vous avez repéré un joli ensemble pour votre petit bout auprès d’une marque conventionnelle ? Un peu hésitant vous décidez de remettre votre achat à plus tard. Mais lorsque vous revenez votre coup de coeur n’y est plus. La faute à pas de chance ? Non, votre malchance n’y est pour rien. Les collections sont confectionnées à un rythme effréné dans le seul but de créer un besoin de consommation constant.

Comment confectionne-t-on les vêtements ?

Les vêtements se confectionnent avec l’aide d’étoffes souvent appelées tissus. (lire l’article « L’étape méconnue de la transformation de la matière première en tissus »). Les usines de textile réceptionnent les tissus et avec l’aide de patrons réalisent les vêtements demandés par les marques. Elles ajoutent des accessoires et éléments décoratifs pour distinguer les vêtements des uns des autres.

Que se cache-t-il derrière la confection d’un vêtement conventionnel ?

Les grandes enseignes créent sans arrêt de nouvelles collections à des prix dérisoires. On déplore des collections confectionnées à un rythme effréné.

Après la fast-fashion est venu le temps de parler d’ultra fast-fashion. Le but de cette dernière est de produire toujours plus vite et toujours moins cher. Ces marques grignotent de plus en plus de parts de marché et savent séduire les jeunes avec leurs offres en ligne et leurs prix ridiculement bas.

Selon vous, où sont confectionnés ces vêtements ? En Asie ? Et non, cela semble de prime abord surprenant mais l’ultra fast-fashion confectionne, en partie, ses vêtements en Europe. Plus précisément en Angleterre dans la ville de Leicester où les conditions de travail y sont alarmantes (deux semaines d’essai non rémunérées, salaire inférieur de moitié au minimum légal etc).

usine Leicester, fast fashion, ultra fast fashion, conditions de travail textile, Des collections confectionnées à un rythme effréné

Pour parvenir à des coûts toujours plus bas, les grandes enseignes conventionnelles sont à la recherche de main d’œuvre toujours plus attractive où les salaires sont les plus bas possibles. A titre d’exemple, l’Ethiopie a instauré le salaire minimum le plus bas du monde (26 US dollars par mois). Son objectif est d’attirer les investisseurs du textile et de devenir le nouveau pays de l’ultra fast-fashion.

Les femmes ont un vrai rôle dans la confection des vêtements car elles représentent une grande partie de la main d’œuvre. On déplore toutefois leurs conditions de travail (absence de contrat de travail, de cadre légal ou d’horaires, harcèlement sexuel …)

La recherche du bas prix a également des répercussions sur la qualité du vêtement.

La durée de vie d’un t-shirt acheté 5 euros est naturellement plus courte que celle d’un t-shirt fabriqué de manière éthique avec un tissu de qualité issu de l’agriculture biologique.

Ainsi, les collections sans cesse renouvelées des grandes enseignes ont des conséquences sociales et environnementales insoupçonnées.

La mode éthique constitue-t-elle une alternative à la mode conventionnelle et aux collections confectionnées à un rythme effréné ?

La mode éthique est une des solutions en réponse à la mode conventionnelle.

En effet une marque engagée aux valeurs sociales et environnementales fortes va privilégier des matières premières de qualité. Ainsi qu’un tissu haut de gamme et une confection en cohérence avec des engagements sociaux et environnementaux. La marque recherchera avant tout la qualité plutôt que la quantité. Elle sera attentive à créer des pièces inconditionnelles faites pour durer dans le temps.

C’est ainsi une belle alternative pour un dressing ayant le moins d’impact possible. Outre le produit, le mode de consommation peut également être un moyen très intéressant pour lutter face à la fast-fashion. En effet, privilégier la seconde-main (autrement appelée « déjà-aimés » chez Pirouette & Salopette) permet de réduire drastiquement les volumes de production.

Des collections confectionnées à un rythme effréné, Pirouette & Salopette, mode éthique, seconde-main

 

Les collections confectionnées à un rythme effréné par la fast-fashion nous ont alertés. A notre petite échelle, nous avons voulu proposer d’autres alternatives pour habiller bébé. Nous avons sélectionné des vêtements de grande qualité composés de coton issu de l’agriculture biologique. Nous sommes convaincus que le mode de consommation est aussi important que le vêtement. Et la location est la meilleure alternative pour habiller bébé de manière responsable.

A très vite

Pirouette & Salopette.

Share this post